Canada numérique 150

Cette publication est également offerte par voie électronique sur le Web au Canada.ca/ http://www.ic.gc.ca/eic/site/028.nsf/fra/accueil.

Pour obtenir un exemplaire de cette publication ou un format substitut (Braille, gros caractères, etc.), communiquer avec le :

Centre de service Web d'Industrie Canada
Téléphone (sans frais au Canada) : 1-800-328-6189
Téléphone (Ottawa) : 613-954-5031
Télécopieur : 613-954-2340
ATS (pour les personnes malentendantes seulement) : 1-866-694-8389
Les heures de bureau sont de 8 h 30 à 17 h (heure de l'Est).
Courriel : info@ic.gc.ca

Autorisation de reproduction

À moins d'indication contraire, l'information contenue dans cette publication peut être reproduite, en tout ou en partie et par quelque moyen que ce soit, sans frais et sans autre permission d'Industrie Canada, pourvu qu'une diligence raisonnable soit exercée afin d'assurer l'exactitude de l'information reproduite, qu'Industrie Canada soit mentionné comme organisme source et que la reproduction ne soit présentée ni comme une version officielle ni comme une copie ayant été faite en collaboration avec Industrie Canada ou avec son consentement.

Pour obtenir l'autorisation de reproduire l'information contenue dans cette publication à des fins commerciales, veuillez vous adresser au Centre de service Web d'Industrie Canada dont les coordonnées se trouvent ci-dessus.

© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, représentée par le ministre de l'Industrie, 2015.

No de catalogue Iu64-48/2015F-PDF
ISBN 978-0-660-02763-0

Message du Ministre de l'Industrie

Photo of Industry Minister James Moore

Le ministre de l'Industrie
James Moore

Dans le monde d'aujourd'hui, il est indéniable que les technologies et les outils numériques ont grandement amélioré notre qualité de vie. Dans tous les domaines de l'activité humaine — de la médecine à l'éducation et de l'exploration spatiale aux télécommunications —, les innovations numériques aident les Canadiens à vivre une vie meilleure, à être plus productifs et à demeurer en meilleure santé.

Voilà pourquoi notre gouvernement a établi Canada numérique 150, un plan détaillé pour doter tous les Canadiens des compétences numériques et des outils dont ils ont besoin pour l'avenir.

Depuis le lancement de Canada numérique 150, notre gouvernement a mis en place des mesures pour promouvoir une industrie des télécommunications dynamique et concurrentielle, et pour brancher les Canadiens et protéger leurs transactions en ligne. Nous offrons aux entreprises canadiennes des possibilités dans l'économie numérique mondiale. Nous sommes des chefs de file du gouvernement numérique. Et nous protégeons et partageons le contenu canadien en ligne.

À l'approche du 150e anniversaire du Canada, en 2017, notre gouvernement maintient son engagement à créer des emplois et à stimuler l'économie en procurant aux entreprises et aux collectivités canadiennes les compétences et les possibilités dont elles ont besoin pour réussir. Dans le monde numérique d'aujourd'hui, nous savons que le succès et la prospérité à long terme du Canada en dépendent.

Dans cette optique, j'ai le plaisir de présenter la version 2,0 de Canada numérique 150, qui fait fond sur la réussite de la stratégie initiale.

Un Canada branché

Le programme Canada branché nous permet de nous assurer que tous les Canadiens, peu importe où ils vivent, ont accès aux services Internet hausse vitesse aux prix les plus abordables qui soient. Le programme nous permet aussi de nous assurer d'offrir plus de choix de fournisseurs de services cellulaires aux Canadiens et la possibilité de sélectionner la combinaison de stations de télévision de leur choix.

Réalisations


Lancement de l'initiative Large bande Canada : Un milieu rural branché. Lorsque le Canada célébrera son 150e anniversaire, en 2017, au moins 356 000 ménages canadiens de plus auront accès à des services Internet haute vitesse. Cela dépasse l'objectif du programme de 75 000 foyers et près de 40 % de moins que les dépenses prévues au budget.

Réalisation de la mise aux enchères du spectre de fréquences 2500 MHz. Les résultats amélioreront les services sans fil dans les centres urbains et les services Internet haute vitesse dans les régions rurales.

Réalisation de la mise aux enchères du spectre des SSFE-3. Les résultats appuieront les nouveaux concurrents parmi les fournisseurs de services sans fil.

Adoption d'une mesure législative pour limiter les tarifs de gros fixés pour l'itinérance au pays afin d'aider les nouveaux fournisseurs de services sans fil à faire concurrence. Depuis, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a réglementé les tarifs de gros fixés pour l'itinérance que les télécommunicateurs sans fil nationaux peuvent imposer aux petits fournisseurs de services, ce qui favorise la concurrence et fournit plus de choix aux consommateurs.

Mise en œuvre de la politique « le spectre inutilisé sera perdu » pour garantir que les entreprises de télécommunications qui détiennent des licences pour les précieuses ondes hertziennes les mettent au service des Canadiens.

Instauration de mesures d'application strictes pour protéger les consommateurs contre les entreprises de télécommunications qui ne suivent pas les règles du jeu, ce qui comprend l'imposition de sanctions administratives pécuniaires pouvant atteindre 10 millions de dollars.

Mise en œuvre d'une nouvelle politique sur les tours de téléphonie cellulaire pour s'assurer que les citoyens et les municipalités sont à l'avant-plan du processus décisionnel concernant l'emplacement des nouvelles tours.

Mise en place d'un plan pour dégrouper les forfaits de télévision par câble et par satellite afin d'offrir aux consommateurs canadiens plus de choix et des options sur demande personnalisées, en payant uniquement pour l'accès aux stations qu'ils ont choisies. La décision du CRTC entrera en vigueur d'ici décembre 2016 et donnera plus de contrôle aux consommateurs canadiens sur la télévision qu'ils veulent regarder.

Schéma de  Un Canada branché - Canada numérique 150

Source : Industrie Canada
Description de la figure 1

Quoi de neuf


  • Le Programme des ordinateurs pour les écoles a été élargi aux organismes sans but lucratif qui appuient les Canadiens à faible revenu, les aînés et les nouveaux Canadiens en leur fournissant du matériel informatique remis en état et en leur offrant une formation professionnelle, sans parler des milliers d'écoles, de bibliothèques et de collectivités autochtones qui bénéficient déjà du Programme.
  • Une mise aux enchères des licences de spectre résiduelles aura lieu en août pour les licences de spectre non attribuées à partir des récentes mises aux enchères dans la gamme de fréquences 700 MHz et SSFE-3. Cette mise aux enchères des licences de spectre sera la troisième tenue en 2015.
  • Les frais des services par satellite ont été abaissés afin de réduire les formalités administratives et les coûts pour les fournisseurs de service et d'améliorer les services par satellite pour tous les Canadiens, y compris ceux qui vivent dans des collectivités rurales.
  • Le secteur des communications par satellite au Canada a été renforcé. Dans le cadre du Plan d'action économique de 2015, un investissement de 30 millions de dollars a été annoncé dans le partenariat du Canada avec le Programme de recherche de pointe sur les systèmes de télécommunications de l'Agence spatiale européenne (en anglais seulement) pour aider les entreprises canadiennes de services par satellite à développer et à commercialiser de nouvelles technologies.
  • Les Canadiens seront consultés au sujet de la connectivité. Le CRTC tiendra une audience publique et mènera un examen approfondi pour déterminer quels services sont essentiels afin de permettre à tous les Canadiens de participer pleinement à l'économie numérique.
  • L'accès à Internet dans les régions rurales sera amélioré. Des modifications réglementaires permettent d'utiliser le spectre TVWS (espaces blancs du spectre de télévision) pour fournir des services de type Wi-Fi améliorés dans les régions rurales sans interférer avec les émissions de télévision existantes.
  • La gestion du spectre sera assurée grâce aux activités de collecte, d'analyse et de visualisation des données sur l'utilisation du spectre qui seront menées au nouveau centre d'analyse du spectre, dont l'aménagement sera achevé en 2017, au Centre de recherches sur les communications, à Ottawa. Les recherches appuieront une gestion plus efficace du spectre, qui est un élément essentiel de l'essor de l'économie numérique du Canada.

Diagramme circulaire de Allocation du spectre

En 2006, les titulaires détenaient 98 % du spectre. En 2015, les nouveaux concurrents en détiennent 25 %.

www.canada.gc.ca/plusdechoix

Source : Industrie Canada
Description de la figure 2

Exemple de réussite : Skills/Compétences Canada et Programme des ordinateurs pour les écoles

Logo de Skills/Compétences Canada

Skills/Compétences Canada (SCC) est un organisme national sans but lucratif qui travaille de concert avec des employeurs, des éducateurs, des syndicats et des gouvernements afin de promouvoir auprès des jeunes Canadiens les perspectives de carrière dans les métiers spécialisés et les technologies. Membre de WorldSkills International, SCC veille à ce que les jeunes Canadiens possèdent les compétences nécessaires pour combler les besoins du marché du travail de demain.

Chaque année, SCC fait participer plus de 350 000 jeunes à diverses expériences interactives qui mettent en lumière les perspectives de carrière dans les métiers spécialisés et les technologies. Les Olympiades canadiennes des métiers et des technologies, son activité phare, constituent la seule compétition nationale pour de multiples domaines spécialisés destinée aux étudiants et aux apprentis. L'événement réunit les esprits les plus brillants du pays qui s'affrontent dans le cadre de plus de 40 compétitions relevant de six secteurs de l'industrie, dont la charpenterie, la robotique mobile, le soudage, l'entretien des avions et la création de modes. Les Olympiades permettent non seulement aux compétiteurs de partout au pays de se disputer le titre du meilleur au pays dans le domaine choisi, mais également de faire valoir — et de perfectionner — leurs compétences dans des épreuves pratiques contre leurs pairs. De plus, cette année, les Olympiades ont été webdiffusées, ce qui a permis à des gens de partout au monde de voir les compétitions en direct.

Une compétition de ce calibre requiert une grande dose de coordination et une masse de technologies. En effet, ce sont plus de 200 ordinateurs qui ont été utilisés au cours de cet événement de deux jours. Le Programme des ordinateurs pour les écoles a fourni un appui essentiel dans le cadre des prestigieuses Olympiades, donnant annuellement plus de 100 articles informatiques, dont des ordinateurs et d'autres pièces connexes. Grâce au matériel offert par le Programme pour la compétition, les participants ont accès aux outils technologiques répondant aux normes de l'industrie. Durant les Olympiades, les ordinateurs du Programme servent également de systèmes informatiques, de systèmes de notation et d'autres solutions logicielles en matière de technologies de l'information. Le personnel du Programme des ordinateurs pour les écoles a également contribué à la mise en place et au démontage de l'équipement en plus d'effectuer d'autres tâches techniques, comme l'imagerie informatique.

Nous sommes reconnaissants de l'appui offert par nos partenaires des Olympiades, dont le Programme des ordinateurs pour les écoles qui fournit une expertise technique ainsi que des outils technologiques pour nous aider à faire de cet important événement une réussite. Grâce à la contribution et aux efforts de ses représentants, nous sommes en mesure de proposer aux participants une expérience de compétition qui les aidera à poursuivre une carrière très lucrative dans le domaine des métiers spécialisés et des technologies.

–Shaun Thorson, chef de la direction de Skills/Compétences Canada

Site Web : www.skillscompetencescanada.com

Un Canada protégé

En conformité avec la place que le Canada occupe dans le monde comme cybernation de premier plan, le gouvernement a mis en place un cadre de protection des renseignements personnels et de la vie privée pour garantir aux Canadiens une participation à l'économie numérique en toute confidentialité. Le gouvernement misera sur ses réussites dans la lutte contre la cyberintimidation et les activités malicieuses en ligne, et améliorera encore davantage la protection des Canadiens et de leurs renseignements personnels.

Réalisations


Renforcement de la loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé au Canada pour mieux protéger les renseignements personnels des Canadiens en ligne.

Adoption d'une mesure législative pour réprimer la cyberintimidation et empêcher le harcèlement en ligne et la distribution d'images intimes sans consentement. Sensibilisation au sujet des conséquences néfastes de la cyberintimidation au moyen d'une campagne d'éducation appelée Non à la cyberintimidation.

Mise en œuvre de la Loi canadienne anti-pourriel, une législation novatrice qui donne aux Canadiens un forum pour soumettre leurs préoccupations au sujet des incidents présumés de pourriels ou de maliciels au Centre de notification des pourriels à www.combattrelepourriel.gc.ca.

Renforcement du système financier du Canada, par l'adoption de nouveaux règlements contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme en ce qui concerne les devises virtuelles.

Poursuite de l'élaboration d'un cadre de politique sur l'identité numérique pour le Canada de concert avec le Digital ID & Authentication Council of Canada (en anglais seulement), coalition sans but lucratif de chefs de file des secteurs public et privé qui se sont engagés à élaborer un cadre d'identité numérique canadien pour permettre la participation sûre et à part entière du Canada à l'économie numérique mondiale.

L'an dernier, le canada a adopté la loi canadienne anti-pourriel, qui est l'une des plus strictes en son genre au monde.

Source : Centre de notification des pourriels du Gouvernement du Canada, combattrelepourriel.gc.ca
Description de la figure 3

Quoi de neuf


  • Un réseau national à large bande pour les services de sécurité publique. Le gouvernement investira 3 millions de dollars appuyer l’étape clé de planification d'réseau mobile haute vitesse dédié à la gestion des urgences. Industrie Canada désignera un bloc de10 MHz de plus du spectre de fréquences de 700 MHz aux fins d'utilisation dans les communications à large bande des services de sécurité publique.
  • Projet de place publique numérique. Ce projet d'une valeur pouvant atteindre 9 millions de dollars améliorera la libre expression et le dialogue ouvert, là où la société civile et la participation citoyenne sont menacées. Le projet s'appuie sur le travail avant-gardiste mené par l'École Munk des affaires internationales (en anglais seulement).
  • Sécurité et résilience améliorées pour les infrastructures et les cybersystèmes essentiels du Canada. En misant sur les progrès réalisés par l'intermédiaire de la Stratégie de cybersécurité du Canada, le gouvernement investira 94,4 millions de dollars pour aider à protéger nos familles, nos entreprises et notre pays contre les cyberattaques et les menaces à la cybersécurité.
  • Un Internet plus sécuritaire. Le gouvernement rehaussera la sécurité d'Internet en établissant de nouvelles lois antiterroristes permettant de supprimer la propagande et les outils de recrutement en ligne des terroristes.

La Loi sur la protection des renseignements personnels numériques est entrée en vigueur le 18 juin 2015.

Source : Industrie Canada
Description de la figure 4

Exemple de réussite : Le gouvernement du Canada appuie l'École Munk des affaires internationales

Logo de l'École Munk des affaires internationales
Logo disponible en anglais seulement — École Munk des affaires internationales

Le gouvernement du Canada et l'École Munk des affaires internationales de l'Université de Toronto (en anglais seulement) ont lancé le projet de place publique numérique. Cette initiative élargira l'espace numérique consacré à la liberté d'expression et au dialogue politique ouvert, là où la société civile et la participation citoyenne sont menacées. L'École Munk des affaires internationales recevra jusqu'à 9 millions de dollars du gouvernement fédéral pour appuyer le projet de place publique numérique.

Le soutien du Canada au Dialogue mondial sur l'avenir de l'Iran de l'École Munk des affaires internationales, par la voie du Fonds pour la paix et la sécurité mondiales, est un exemple de la position ferme prise par notre pays à l'égard des droits de la personne et de la liberté d'expression. Il représente aussi notre engagement constant à l'égard d'un discours libre et ouvert. Des millions d'utilisateurs d'Internet en Iran ont accédé aux plateformes numériques du Dialogue mondial, un forum ayant ainsi été créé pour permettre aux Iraniens d'échanger de l'information que leur gouvernement cherchait à filtrer et à bloquer.

En plus de son engagement constant avec la population de l'Iran au moyen de ses plateformes en ligne, le projet de place publique numérique favorisera le maintien d'un espace ouvert en ligne plus sûr, de sorte que les personnes vivant dans des milieux répressifs ou restrictifs pourront échanger leurs points de vue sur les décisions et les institutions qui touchent leur vie.

Les activités du projet de place publique numérique contribueront à accroître la responsabilisation et la transparence politiques; à faciliter l'accès des citoyens, des organisations de la société civile et des activistes aux réseaux globaux d'information et de communications; à accroître la connectivité entre les citoyens et la société civile dans leurs propres pays; et à donner un plus large écho aux diverses voix, discours et modes d'expression dans les sociétés oppressives.

Le Canada croit qu'en faisant appel aux nouvelles technologies numériques pour soutenir la liberté et la démocratie, nous pouvons contribuer à donner une voix à ceux qui n'en ont pas. Grâce au projet de place publique numérique, l'École Munk des affaires internationales créera des espaces numériques ouverts qui permettront aux citoyens de tenir leurs gouvernements responsables de la défense des droits et libertés et de l'exercice de la démocratie et de l'État de droit.

–John Baird, ancien ministre des Affaires étrangères

Nous apprendrons ce que les citoyens désirent plus que tout et nous partagerons cette connaissance. Nous découvrirons quels outils sont les plus efficaces et nous continuerons d'améliorer ce que nous faisons dans l'espace numérique public.

–Janice Stein, directrice fondatrice et professeure à l'École Munk.

munkschool.utoronto.ca (en anglais)

Histoire de réussite : Campagne nationale de sensibilisation Non à la cyberintimidation

Dans le cadre de Canada numérique 150, notre gouvernement s'est engagé à protéger les Canadiens contre les effets de la cyberintimidation, qui est une préoccupation sérieuse pour les familles et les collectivités. À cette fin, Sécurité publique Canada a lancé la campagne Non à la cyberintimidation, qui vise à sensibiliser les Canadiens aux conséquences de la cyberintimidation et au fait qu'elle peut être criminelle.

La cyberintimidation se produit lorsqu'un enfant ou un adolescent devient la cible des agissements d'autres personnes, au moyen d'ordinateurs, de téléphones cellulaires ou d'autres appareils, et le but est de l'embarrasser, de l'humilier, de le tourmenter, de le menacer ou de le harceler. Elle peut commencer aussi tôt qu'à 8 ou 9 ans, mais la majorité des cas de cyberintimidation se produisent pendant l'adolescence, jusqu'à l'âge de 17 ans.

Cette campagne nationale a connu un franc succès et a permis d'informer parents et jeunes au sujet de la cyberintimidation, tout en les invitant à participer à la discussion sur le sujet, ou à la suivre sur Twitter ou Facebook. Les commentaires sur Facebook ont été extrêmement positifs et la page a attiré une majorité d'abonnés dans les deux catégories visées par la campagne, soit les jeunes de 13 à 18 ans (environ 28 % des abonnés) et les adultes de 35 à 55 ans (près de 44 % des abonnés).

La campagne comprenait également un volet interactif sur YouTube. #LesMotsBlessent a été la première vidéo interactive de ce genre réalisée par le gouvernement du Canada et elle montrait que les mots blessent, qu'ils soient prononcés de vive voix ou communiqués électroniquement. À cela s'ajoutaient deux annonces publicitaires pour la télévision, « Conséquences » et « Fais suivre » et le site Web Canada.ca/Nonalacyberintimidation, une ressource complète pour parents et jeunes qui offre de l'information, des conseils et des outils pour déceler la cyberintimidation, la prévenir et y mettre fin.

En mars 2015, une nouvelle loi est entrée en vigueur qui interdit la distribution non consensuelle d'images intimes. Cette nouvelle loi s'applique à tous, et pas seulement aux personnes mineures. La technologie numérique évolue très rapidement, ce qui a mené à une augmentation du nombre d'incidents de cyberintimidation qui prennent la forme de distribution d'images intimes ou sexuelles sans le consentement de la personne dans la photo ou la vidéo. Plus de renseignements au sujet de cette nouvelle loi sont disponibles sur le site Web Pensez cybersécurité.

Notre gouvernement prend les mesures nécessaires pour protéger les familles canadiennes contre les effets dévastateurs de la cyberintimidation et continue à travailler avec ses partenaires pour s'attaquer à ces problèmes. En informant les jeunes et les parents au sujet de la cyberintimidation et en les sensibilisant au fait que, dans certaines circonstances, ce genre de geste peut être considéré comme un acte criminel, nous contribuons à la prise de conscience et à la prévention de la cyberintimidation.

–Steven Blaney, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile

Canada.ca/nonalacyberintimidation

Les possibilités économiques

Pour exploiter le potentiel illimité d'une économie mondiale interdépendante, les entreprises et les consommateurs canadiens ont besoin de conseils et de soutien pour faire la meilleure utilisation possible de la technologie numérique lorsqu'ils font des affaires. Nous aiderons à réaliser cela en appuyant les entreprises au moyen de nouveaux investissements et d'exigences réglementaires simplifiées, en préconisant une recherche novatrice dans les nouvelles technologies et en offrant aux Canadiens des possibilités d'acquérir les connaissances et les compétences en demande dans l'économie numérique, ce qui aidera à stimuler l'économie du Canada.

Réalisations


Fourniture d'un soutien aux besoins en matière d'adoption de la technologie des petites et moyennes entreprises. Par un investissement supplémentaire de 200 millions de dollars, la Banque de développement du Canada (BDC) aide les entrepreneurs à s'informer sur les technologies d'information et de communication et sur la façon de les appliquer à leur entreprise, en plus de leur fournir des conseils, des ressources et des outils spécialisés sur un site Web dédié à la question, http://www.bdc.ca/FR/carrefour-techno.

Soutien à la création de quatre fonds de capital de risque à rendement élevé, dirigés par le secteur privé. Dans le cadre du Plan d'action sur le capital de risque du Canada, stratégie exhaustive visant à augmenter les investissements du secteur privé dans les entreprises novatrices, un investissement total de 50 millions de dollars a été consenti à quatre fonds de capital de risque à rendement élevé, et un investissement de 350 millions de dollars a été consenti à quatre fonds constitués de fonds d'investisseurs actifs dans les fonds de capital de risque et les entreprises novatrices à forte croissance. En date de mai 2015, les fonds de fonds avaient obtenu la somme totale de 900 millions de dollars du gouvernement du Canada, des provinces et du secteur privé.

Soutien pouvant viser jusqu'à 3 000 stages dans les domaines à forte demande, comme les sciences, la technologie, le génie et les mathématiques, et dans les métiers spécialisés avec un investissement de 40 millions de dollars sur deux ans, et réaffectation de 15 millions de dollars par année pour soutenir jusqu'à 1 000 stages dans de petites et moyennes entreprises.

Aide aux entrepreneurs numériques pour développer leurs entreprises par la voie du Programme canadien des accélérateurs et des incubateurs, qui a reçu un financement de 100 millions de dollars.

Modification de nos lois sur la propriété intellectuelle pour les harmoniser avec les principaux traités internationaux.

Soutien à la commercialisation de la recherche de pointe en octroyant des fonds à l'Institut d'informatique quantique (en anglais seulement) pour mener et commercialiser la recherche dans les technologies d'informatique quantique.

Renforcement du soutien du Canada à l'égard d'une approche multipartite de la gouvernance d'Internet pour faire en sorte qu'Internet demeure gratuit, ouvert et sûr pour tous les utilisateurs.

Le secteur canadien des médias numériques emploie 52 000 professionels

Source : Réseau canadien des médias numériques, Canadian Digital Media Trends by the Numbers — avril 2015
Description de la figure 5

Quoi de neuf


  • Appui aux petites entreprises en accordant une somme de 14 millions de dollars à Futurpreneur Canada pour aider les jeunes entrepreneurs à avoir accès à du financement et du mentorat.
  • Appui à l'entrepreneuriat dans le cadre du Plan d'action pour les entrepreneures afin d'aider les femmes propriétaires d'entreprise à réussir.
  • Appui aux Canadiens ayant une déficience de lecture des imprimés. Nous avons déposé la Loi visant à aider les Canadiens ayant une déficience de lecture des imprimés afin que le Canada puisse adhérer au Traité de Marrakech, ce qui permettra aux Canadiens ayant une difficulté de lecture des imprimés d'avoir accès à plus d'œuvres dans le format de leur choix, comme le Braille ou les livres sonores, y compris les formats numériques.
  • Ouverture des marchés canadiens à la nouvelle technologie portable en permettant aux fabricants d'appareils de haute technologie, comme la technologie portable, d'utiliser des étiquettes électroniques pour les mises en garde. Ainsi, les consommateurs canadiens auront accès à davantage d'information. Les fabricants et les consommateurs bénéficieront aussi du fait que les produits comme les montres intelligentes seront offerts sur le marché canadien beaucoup plus rapidement sans coût additionnel pour les fabricants.
  • Prise en charge des efforts internationaux en vue d'appuyer la gouvernance d'un Internet libre et ouvert. Nous allons coprésider la réunion ministérielle de l'Organisation de coopération et de développement économiques sur l'économie numérique : innovation, croissance et prospérité sociale (en anglais seulement) qui se tiendra à Cancun, au Mexique, en juin 2016. La réunion portera surtout sur les plateformes Internet ouvertes, mobiles et fiables, et sur les compétences numériques.
  • Accroissement de la capacité de recherche du Canada par l'entremise de l'infrastructure de recherche numérique en élaborant une stratégie visant à optimiser les divers éléments de l'écosystème de recherche numérique, y compris l'informatique haute performance, les réseaux à haut débit, la gestion des données de recherche, les logiciels, les outils et le capital humain.
  • Investissements dans l'innovation et la recherche-développement (R-D) :
  • Harmonisation des programmes postsecondaires aux besoins du marché du travail grâce à un investissement ponctuel de 65 millions de dollars pour faciliter les partenariats entre les employeurs et les établissements d'enseignement postsecondaire.

Les fabricants de 75 000 modèles d'appareils au Canada

Source : Industrie Canada
Description de la figure 6

Le traité de Marrakech donnera aux canadiens ayant une déficience de lecture des imprimés un accès accru à 285 000 livres adaptés.

Source : Industrie Canada
Description de la figure 7

Exemple de réussite : Partenariat entre la Société Canadian Tire limitée et Communitech

Logo de Communitech

La Société Canadian Tire (SCT) — l'une des marques canadiennes les plus emblématiques et jouissant d'une grande cote de confiance auprès des consommateurs — reçoit un coup de pouce numérique grâce à un partenariat visionnaire. Depuis 93 ans, SCT offre aux consommateurs tous les produits nécessaires pour travailler et s'amuser au Canada. La Société comprend une famille d'entreprises dont Canadian Tire, FGL Sports (Sport Chek, Hockey Experts, Sports Experts et Atmosphere), Mark's, Services financiers Canadian Tire, CT REIT, PartSource, Gas+ et la fondation Bon départ de Canadian Tire.

Le bien-aimé vendeur canadien de bâtons de hockey, d'outils de jardinage, de vêtements et d'articles sportifs occupait déjà une place de choix dans le commerce numérique grâce à ses sites Web, à son application populaire et à la circulaire numérique primée des magasins Sport Chek. L'entreprise cherchait cependant à approfondir son investissement numérique afin d'offrir une expérience client plus uniforme dans tous ses magasins. Les habitudes de magasinage de ses clients avaient changé depuis cinq ans et l'avenir du commerce serait numérique. Ses magasins traditionnels « briques et mortier » ne sont pas appelés à disparaître, mais les technologies numériques continueront à jouer un rôle de plus en plus important dans les habitudes de magasinages des consommateurs.

À l'appui de son cheminement numérique, Canadian Tire a établi une relation novatrice avec Communitech (en anglais seulement), un incubateur d'entreprises en démarrage et un laboratoire numérique financé par le gouvernement. C'est le dernier endroit au monde où on s'attendrait à retrouver un détaillant traditionnel, mais cette alliance innovatrice a porté ses fruits. Depuis le lancement en 2013 de Canadian Tire Innovations (CTi) au laboratoire Communitech, la façon dont les entreprises non technologiques perçoivent l'innovation et les organismes comme Communitech a changé à tout jamais. La présence de SCT au laboratoire offre aussi aux employés l'occasion de travailler aux côtés de certains des jeunes esprits les plus brillants au Canada pour améliorer l'expérience de magasinage en ligne et en magasin grâce aux technologies de la prochaine génération.

Le partenariat avec Communitech a permis à l'équipe de se concentrer sur l'expérimentation, et plus particulièrement dans le domaine des produits numériques qui pourraient améliorer l'expérience dans les magasins de Canadian Tire. Cette approche a déjà permis à l'entreprise d'innover à plusieurs égards, en plus de rendre possible la création de plusieurs applications pour les clients, comme l'application Lake Leaderboard, qui permet aux clients de faire le suivi des prises locales par lac, équipement et espèce de poisson; l'application Outdoor Living, qui permet aux clients de concevoir virtuellement leur espace extérieur afin de mieux le visualiser; et l'application Wiper Blade grâce à laquelle les clients peuvent trouver les bons balais d'essuie-glace et qui remplace l'imprimé qui était utilisé auparavant. De pareilles applications contribuent à renforcer l'image de marque de Canadian Tire comme « le magasin du Canada ».

La quête de Canadian Tire continue en vue de perfectionner sa définition comme chef de file de la numérisation du commerce au détail. La plus récente initiative de l'entreprise, l'Atelier numérique, a ouvert en mai 2015 à Kitchener-Waterloo, en Ontario, près du laboratoire Communitech. L'Atelier numérique permettra à l'entreprise de développer et de tester encore plus rapidement de nouveaux produits, technologies et applications en magasin et en ligne. Canadian Tire a adopté la technologie numérique afin d'acquérir un avantage concurrentiel dans la transformation de ses processus et la commercialisation de ses produits.

Dans un monde de plus en plus numérique, les clients s'attendent à ce que les entreprises offrent des expériences innovatrices en magasin. Communitech a joué un rôle clé en permettant à la Société Canadian Tire de rester à l'avant-garde des changements, sans pour autant sacrifier son approche de proximité communautaire relativement au service à la clientèle.

–Eugene Roman, directeur de la technologie de la Société Canadian Tire

www.canadiantire.ca/fr

Le gouvernement numérique

Pour que le Canada puisse devenir un chef de file de l'économie numérique, le gouvernement canadien lui-même doit faire preuve de leadership en ce qui concerne l'adoption du numérique. Nous allons nous appuyer sur nos progrès et susciter de nouvelles initiatives pour donner aux Canadiens un accès plus large et plus facile à l'information et aux ressources du gouvernement sur les appareils et la plateforme de leur choix.

Réalisations


Renforcement de l'appui aux données ouvertes par l'intermédiaire de l'appathon de l'Expérience des donnés ouvertes canadiennes (EDOC). Le grand Champion d'EDOC 2015 est l'équipe Niew Labs (en anglais seulement), dont l'application Cheminement de carrière (en anglais seulement) aide les jeunes canadiens à découvrir, chercher et choisir de futurs cheminements de carrière à partir des données disponibles pouvant être obtenues par Emploi et Développement social Canada. En outre, nous avons publié la nouvelle version 2.0 du Plan d'action du Canada pour un gouvernement ouvert, qui comporte des engagements ambitieux relativement à l'information ouverte, au dialogue ouvert et aux données ouvertes.

Adoption de normes industrielles concernant les données ouvertes. Nous avons créé l'Institut canadien des données ouvertes (en anglais seulement) (ODX) en vue de mettre sur pied un marché national pour la commercialisation des données ouvertes et pour appuyer une collectivité pancanadienne d'innovation en matière de données ouvertes qui favorisera l'incubation de la prochaine génération d'entreprises axées sur les données.

Amélioration de l'authentification en ligne sécurisée. Nous avons instauré une nouvelle approche d'ouverture de session pour les services gouvernementaux qui respecte la vie privée et qui donne aux clients le choix et la convivialité au moment d'accéder aux services en ligne sécurisés.

Amélioration de l'accès à l'information. Nous avons élargi la mise en œuvre d'un projet pilote qui permet de soumettre en ligne un plus grand nombre de demandes d'accès à l'information.

Appui aux anciens combattants et à leur famille en améliorant les outils en ligne qui fournissent un accès plus rapide à l'information et aux avantages.

Lancement du site Canada.ca, qui regroupe 1 500 sites Web de ministères et organismes du gouvernement du Canada, de sorte que les Canadiens pourront plus facilement trouver et avoir accès à l'information et aux services en ligne.

Accroissement de la réceptivité et de la responsabilisation du gouvernement à l'égard des Canadiens au moyen de la Directive sur le gouvernement ouvert, qui oblige les ministères et organismes fédéraux à adopter un ensemble de pratiques communes visant à accroître l'efficacité, à réduire les coûts, à améliorer les services, à protéger les renseignements personnels, classifiés et confidentiels et à rendre disponible une information de qualité.

Adoption de mesures pour inciter les innovateurs à déposer des demandes de protection de la propriété intellectuelle de leurs idées en simplifiant le système de dépôt de brevets de l'Office de la propriété intellectuelle du Canada (OPIC), en offrant de nouvelles options internationales de dépôt de brevets aux demandeurs canadiens et en harmonisant la législation du Canada sur la propriété intellectuelle avec les normes internationales.

Les applications mobiles deviennent le premier choix pour accéder aux produits et services numériques et les utiliser

Source : Conseil des technologies de l'information et des communications (octobre 2012), Employment, Investment, and Revenue in the Canadian App Economy
Description de la figure 8

Quoi de neuf


  • Appui aux initiatives de données ouvertes, comme la Conférence internationale sur les données ouvertes et l'événement EDOC 2015.
  • Un gouvernement plus accessible :
    • Des mesures sont prises pour optimiser le contenu et les services du réseau en ligne du gouvernement fédéral pour une grande variété d'appareils mobiles afin d'offrir de meilleurs services aux Canadiens.
    • Industrie Canada guide l'utilisation du clavardage et du vidéoclavardage comme outils de communication pour mieux servir les Canadiens au moyen d'expériences directes et interactives.
  • Diplomatie numérique. Le nouveau compte @AuCanada sur Twitter est utilisé pour faire la promotion du Canada en tant que nation qui possède non seulement de grandes valeurs, une culture riche, de beaux paysages et une économie dynamique mais qui est également active sur la scène internationale.
  • Réduction du fardeau administratif. Industrie Canada et l'Agence du revenu du Canada dirigent l'initiative visant l'adoption par le gouvernement fédéral du numéro d'entreprise comme identificateur d'entreprise commun, qui facilitera les communications des entreprises avec le gouvernement du Canada.
  • Augmentation de l'efficacité opérationnelle, de la flexibilité et de la rentabilité par l'élaboration d'une stratégie infonuagique pour le gouvernement du Canada.
  • Efforts soutenus en matière de gouvernance d'Internet. Les travaux se poursuivent en vue de préserver un Internet ouvert et interopérable à l'échelle mondiale comme plateforme d'innovation et de croissance économique.

L'Expérience des données ouvertes canadiennes

Source : https://www.canadianopendataexperience.ca/?lang=fr
Description de la figure 9

Exemple de réussite : Expérience des données ouvertes canadienne 2015

Logo de d'Expérience des données ouvertes canadienne

Le gouvernement du Canada incite les Canadiens à adopter l'économie numérique en recourant à de nouveaux moyens novateurs et à utiliser des données pour construire un monde meilleur. Le gouvernement a formé un partenariat avec XMG Studio Inc. pour tenir un appathon national — un marathon de création d'applications — désigné sous le nom d'Expérience des données ouvertes canadienne (EDOC).

EDOC est un appathon d'une durée de 48 heures qui utilise les données ouvertes pour accélérer l'innovation et orienter les gens vers l'information et les services. En utilisant des ensembles de données du gouvernement, les participants à l'événement créent des applications conviviales qui visent à résoudre des problèmes de la vie quotidienne ou à améliorer des processus courants pour les Canadiens et les entreprises canadiennes. Les développeurs, les graphistes et les étudiants — ou toutes les personnes intéressées à faire l'expérience des DOC — sont mis au défi de tirer parti des ensembles de données du gouvernement fédéral et des données provinciales, territoriales et municipales en les réutilisant de manière créative et innovatrice.

Les données ont été déclarées comme la nouvelle ressource naturelle du Canada, c'est-à-dire quelque chose de tangible qui peut inciter l'innovation, alimenter la croissance et améliorer la vie des Canadiens. Les données ouvertes, l'information ouverte et le dialogue ouvert constituent les trois principaux piliers du Plan d'action du Canada pour un gouvernement ouvert. De plus en plus, les gouvernements s'efforcent d'augmenter l'accès aux données et à l'information, d'assurer la transparence et la responsabilisation, et de renforcer la participation des citoyens aux activités du gouvernement et au processus démocratique.

Le deuxième événement annuel EDOC s'est tenu du 20 au 22 février 2015, et a constitué le plus important appathon de l'histoire canadienne. Environ 1 300 adeptes de technologies provenant de tout le pays ont participé et ont créé 125 applications de données ouvertes selon les thèmes de l'année : mode de vie sain, occasions d'affaires et emploi des jeunes.

Des prix d'une valeur totale de 40 000 $ et provenant de commanditaires du secteur privé ont été offerts aux gagnants dans cinq catégories. Cette année, le grand prix de 15 000 $, ainsi que le prix pour le thème Emploi des jeunes ont été attribués à Niew Labs pour son application Cheminement de carrière, conçue pour aider les jeunes Canadiens à découvrir, à chercher et à choisir des cheminements de carrière.

Des événements comme EDOC 2015 offrent une occasion unique aux Canadiens qui désirent présenter des idées novatrices pouvant éventuellement transformer leur vie. Le fait de remporter EDOC 2014 pour l'application newRoots a été un vrai tremplin. Notre équipe, Electric Sheep – et je suis maintenant le PDG de Imminy –, a présenté un projet visant à développer, réorienter et relancer une plate-forme en ligne qui relie les immigrants à de l'information personnalisée sur le cheminement et aux fournisseurs de service qui peuvent leur offrir de l'aide individuelle en ligne. Cette expérience vitale est la raison pour laquelle j'étais heureux de faire partie des juges cette année et de participer à nouveau à un appathon national de ce 2014.

–Carlos Saavedra, juge pour EDOC 2015 et co-gagnant du grand prix EDOC 2014

donnees.gc.ca

canadaopendataexperience.ca

Le gouvernement numérique

Conscient du fait que les arts, la culture et le patrimoine sont plus importants que jamais dans un contexte multilingue et multinational et une ère de communications en temps réel en ligne, le gouvernement a renforcé son soutien à l'histoire du Canada et aux témoignages audio sur les réseaux de diffusion numérique. Alors que le Canada se prépare à célébrer le 150e anniversaire de la Confédération en 2017, nous allons faire une utilisation encore plus intensive des nouvelles technologies et de la nouvelle plateforme afin de raconter notre histoire au monde entier.

Réalisations


Soutien à la commémoration de nos anciens combattants. Le financement du gouvernement a permis à Historica Canada de donner de l'ampleur au projet Mémoire, des archives numériques faisant état de la participation du Canada à la Première et la Seconde Guerre mondiale, à la guerre de Corée et aux opérations de maintien de la paix à travers les témoignages d'anciens combattants. Grâce à ce projet, des anciens combattants et des membres des Forces armées canadiennes ont raconté leur expérience militaire à plus de 1,5 million de Canadiens.

L'industrie de la télévision a dépensé

Source : Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes, Rapport de surveillance des communications 2014
Description de la figure 10

Création de contenus numériques :

Partage de l'histoire du Canada. Notre appui sans faille a aidé le Musée virtuel du Canada et Ouvrages de référence en ligne, qui sont rattachés au Musée canadien de l'histoire, à partager des récits et de petits trésors en ligne.

Quoi de neuf


  • Accès numérique au contenu culturel. Le Musée des sciences et de la technologie du Canada est devenu le premier musée national au Canada à se joindre au mouvement des données ouvertes et elle continue d'accroître son offre en ligne et de solliciter la participation du public au moyen d'applications mobiles et de diverses formes de médias numériques.
  • Appui au contenu canadien. Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a annoncé des mesures en vue d'appuyer la création de contenu créé par des Canadiens pour des publics du Canada et d'ailleurs dans le monde. Le CRTC sera également l'hôte d'un Sommet de la découverte à l'automne 2015 visant à explorer de nouvelles idées, des utilisations novatrices de la technologie, et de nouveaux modèles d'affaires pouvant aider les spectateurs à trouver du contenu canadien, surtout en ligne.

Profil : Société des musées de sciences et technologies du Canada

Logo de Société des musées de sciences et technologies du Canada

Comme les Canadiens s'attendent à ce que le contenu culturel — y compris le contenu du musée — soit disponible sur les plates-formes numériques, la Société des musées de sciences et technologies du Canada (SMSTC) — qui chapeaute le Musée de l'aviation et de l'espace du Canada, le Musée des sciences et de la technologie du Canada et le Musée de l'agriculture et de l'alimentation du Canada - continuera d'accroître son contenu offert en ligne et fera participer le public au moyen des médias sociaux et de diverses formes de médias numériques.

L'utilisation d'applications mobiles dans les musées est une tendance émergente qui tire parti de la connaissance de l'emplacement et du GPS pour fournir de l'information supplémentaire aux visiteurs relativement à une exposition, un artéfact ou le musée lui-même.

Une mesure en particulier qui a fait ses preuves est l'introduction d'une application mobile par le Musée de l'aviation et de l'espace du Canada. Son application mobile de l'Académie des as procure aux visiteurs un moyen amusant et interactif d'interagir de partout dans le monde avec la collection, les artéfacts et le musée. L'application de l'Académie des as a été téléchargée plus de 13 000 fois dans 113 pays. Cette réussite permettra à la SMSTC de continuer à explorer les meilleures utilisations des applications mobiles riches en contenu tant pour les applications sur place que pour les applications accessibles en ligne.

Le Musée des sciences et de la technologie du Canada (MSTC) est devenu le premier musée national au Canada à se joindre au mouvement des données ouvertes. Les Canadiens d'un océan à l'autre peuvent maintenant avoir accès à 43 220 objets en utilisant une nouvelle application mise au point à l'aide des données ouvertes du musée. L'application Explorateur des répertoires (Catalogues Explorer) du musée a été créée gratuitement par une tierce partie seulement quelques mois après que le MSTC ait rendu ces objets et ces photos accessibles au moyen des données ouvertes. Les participants au prochain appathon sur les données ouvertes du gouvernement du Canada sont invités à fusionner les séries de données du gouvernement fédéral comme celles du MSTC afin de concevoir de nouvelles applications. L'application Explorateur des répertoires du musée représente une nouvelle façon de faire participer les Canadiens à l'extérieur des quatre murs d'un musée.

techno-science.ca

Exemple de réussite : Téléfilm Canada

Logo de Téléfilm Canada

Vouée au succès culturel, commercial et industriel du secteur audiovisuel du Canada, Téléfilm soutient, dans le cadre de ses différents programmes de financement et de promotion, des entreprises dynamiques et des créateurs de talent ici et à l'international.

Le nouveau plan stratégique de Téléfilm Canada pour 2015-2018, intitulé Du talent. À portée de vue (en anglais seulement) [document PDF], met à jour son engagement à appuyer l'industrie afin qu'elle puisse se relier aux utilisateurs cibles sur tous les écrans, au Canada et ailleurs dans le monde.

Le plan décrit également de quelle manière Téléfilm entend aider l'industrie à relever les défis de l'ère numérique à une époque où des changements fondamentaux transforment la manière dont le contenu audiovisuel est produit, diffusé et consommé.

Affiche de Corner Gas: The Movie

Pour joindre un plus grand nombre de spectateurs, Téléfilm encourage toutes les personnes impliquées dans l'industrie à trouver de nouveaux moyens pour faire en sorte que la clientèle s'intéresse davantage aux histoires locales, par exemple en essayant de nouvelles stratégies de commercialisation adaptées aux nouvelles attentes des spectateurs. Ainsi Vérité Films (en anglais seulement), qui a produit Corner Gas: The Movie (en anglais seulement), a établi un partenariat avec Cineplex et Bell Media pour créer une de ces nouvelles stratégies. Le film, qui a été lancé sur diverses plates-formes durant une période de trois semaines en décembre dernier, a attiré près de 60 000 spectateurs dans les cinémas, plus de 7 millions d'utilisateurs à la TV et il a suscité plus de 130 000 diffusions sur vidéo — des visionnements qui sont tous le fruit d'un groupe important de fans fidèles. Il a atteint 20 % de la population canadienne.

Le film est devenu un événement de diffusion sans précédent du fait que les fans ont eu l'occasion de voir le film sur de multiples plates-formes.

Le film Corner Gas: The Movie a fourni aux gens une expérience de sortie unique qui a généré l'un des plus importants chiffres d'affaires atteints en un seul week-end au guichet depuis un bon nombre d'années pour un film canadien. Le public a vraiment aimé le fait de partager l'expérience de ce film dans nos cinémas!

–Michael Kennedy, vice-président directeur, Film et Marketing pour Cineplex Divertissement

www.telefilm.ca/fr

Partagez cette page

Pour faire connaître cette page, cliquez sur le réseau social de votre choix :

Aucun appui n'est accordé, soit de façon expresse ou tacite, à aucun produit ou service.