Pour une meilleure adaptation à l'économie numérique : un réseau de formation continue

Some of the information on this Web page has been provided by external sources. The Government of Canada is not responsible for the accuracy, reliability or currency of the information supplied by external sources. Users wishing to rely upon this information should consult directly with the source of the information. Content provided by external sources is not subject to official languages, privacy and accessibility requirements.

Submitted by ClaudeRFAVQ 2010–07–10 12:53:48 EDT
Theme(s): Building Digital Skills, Canada's Digital Content, Digital Infrastructure, Growing the ICT Industry, Innovation Using Digital Technologies

Summary

Le Regroupement pour la formation en audiovisuel du Québec (RFAVQ) propose dans son mémoire quelques pistes de développement pour l'acquisition des compétences numériques en relation avec les défis à relever.

Selon notre étude de besoins, il est indispensable et urgent dans les trois prochaines années d'amener l'industrie de l'audiovisuelle à se prendre en main pour que celle–ci s'engage dès maintenant dans l'économie numérique.

Voici les axes de compétences qui doivent être mis de l'avant:

  1. L'industrie audiovisuelle doit rester à l'avant–garde des avancés technologiques ;
  2. Les producteurs doivent imaginer des nouvelles façons de promouvoir leurs produits pour rester dans la course ; et
  3. Les projets audiovisuels doivent être accessibles sur différentes plateformes.

Par ailleurs, pour répondre aux besoins de l'industrie audiovisuelle, il faudrait que les gouvernements assouplissent et facilitent le processus d'octroi des subventions.

Voici les recommandations du RFAVQ en ce qui concerne le perfectionnement professionnel de l'industrie de l'audiovisuelle dans un contexte d'économie numérique:

  • La mise en place d'une veille stratégique et technologique de l'industrie de l'audiovisuelle.
  • L'organisation d'une communauté d'apprentissage pour faciliter la recherche et le développement et stimuler la créativité et l'innovation.
  • Le maintien d'une offre de formation continue renouvelée et adaptée à la réalité de travail des professionnels de l'audiovisuel ainsi que les besoins croisés pour les réalisateurs, les scénaristes et les interprètes.

Afin de faciliter l'adaptation de tous les créateurs aux nouvelles technologies et qu'une reconnaissance de l'industrie audiovisuelle perce à travers le monde, il serait souhaitable d'encourager les intervenants du secteur de l'audiovisuel au perfectionnement professionnel par le biais de programmes non conventionnels tels que des formations en communauté d'apprentissage, l'apprentissage en ligne, etc. En effet, ce qui caractérise cette industrie atypique, c'est le fait que les métiers sont occupés par des travailleurs autonomes avec des horaires de travail non conventionnel. Il faut donc prévoir pour eux du perfectionnement en ligne qui leur permettra de suivre une formation continue au moment qui leur convient le mieux et à l'endroit choisi.


Submission

Montreal, July 9, 2010

Présentation du RFAVQ

Le Regroupement pour la formation en audiovisuel du Québec (RFAVQ) est la mutuelle de formation du secteur de l'audiovisuel qui a pour mandat de structurer, de développer et d'organiser une offre de formation adaptée aux caractéristiques et aux besoins de ses travailleurs grâce à la mutualisation des contributions des employeurs assujettis à la Loi favorisant le développement et la reconnaissance des compétences de la main–d'oeuvre. Cette mutualisation est à l'origine de règles de fonctionnement communes, dont les services regroupés.

Le RFAVQ joue aussi un rôle de concertation et de planification stratégique en ce qui concerne les besoins de formation continue des travailleurs du secteur. Cette concertation permet à la fois la réalisation d'études de besoins de formation continue qui apportent une vision globale du secteur, la récupération des contributions des producteurs assujettis à la Loi et la mise sur pied de règles communes. Dans le cas de l'actualisation des besoins de formation 2010–2013, c'est la firme RH Conseil qui a été mandatée pour effectuer un diagnostic du secteur de l'audiovisuel sur la base d'une analyse des facteurs d'évolution de l'industrie ainsi que d'une large consultation auprès des travailleurs du Québec dans ce domaine.

Le réseau de formation qu'est le RFAVQ offre à ses membres un soutien de gestion de la formation continue, d'où une meilleure coordination de l'expertise et des ressources. Ce regroupement favorise donc le développement d'une offre de formation qui contribue à son bon fonctionnement. Le RFAVQ répond ainsi davantage aux besoins communs du secteur et encourage une collaboration entre ses membres (19 associations du secteur de l'audiovisuel au Québec). Les membres du RFAVQ représentent autant des producteurs, des réalisateurs, des scénaristes, des techniciens, des acteurs, des musiciens et plusieurs autres professionnels du secteur de l'audiovisuel du Québec qui peuvent être identifiés maintenant comme des créateurs et des gestionnaires de contenu en médias numériques.

Quels sont, à votre avis, les défis les plus importants à relever en matière de perfectionnement des compétences dans le contexte de l'économie numérique ?

Les défis du Québec en terme de perfectionnement professionnel dans le contexte de l'économie numérique reposent sur trois grands thèmes :

  • Premièrement, l'industrie audiovisuelle doit rester à l'avant–garde des avancés technologiques. Pensons à la venue des nouvelles caméras pour un tournage en stéréoscopie 3D qui changent la façon de raconter les histoires ainsi que la manière de travailler des professionnels de l'industrie.
  • Deuxièmement, compte tenu de l'avènement des médias sociaux, les producteurs doivent imaginer des nouvelles façons de promouvoir leurs produits pour rester dans la course. Choisir les bons outils pour promouvoir le film qui décrochera un maximum de revenu au «box–office» et établir un dialogue avec les citoyens.
  • Troisièmement, les projets audiovisuels doivent être accessibles sur différentes plateformes que ce soit sur le web, le iPad ou le iPhone pour que les citoyens puissent jouir d'un contenu de qualité par tout et en tout temps.

L'étude des besoins de formation du RFAVQ fait le constat de deux points importants :

  1. Investir dans le développement des compétences professionnelles des intervenants clés de l'industrie audiovisuelle québécoise;
  2. Développer de nouvelles compétences pour assurer la créativité et l'innovation qui feront du Québec une plaque tournante de l'industrie audiovisuelle.

Dans cet esprit, il ne fait aucun doute que les intervenants de l'industrie de l'audiovisuelle doivent être au fait des bouleversements numériques et structuraux que ce soit au niveau des avancés technologiques en cinéma et en télévision 3D ou HD, des modèles d'affaires et des initiatives de promotion qui rejoints leurs publics. Le Canada doit encourager l'industrie audiovisuelle du pays par des mesures concrètes.

Le Fonds des médias du Canada et la chaine de valeur

Depuis l'instauration du Fonds des médias du Canada, le secteur de l'audiovisuel et plus spécifiquement les entreprises en télévision doivent s'adapter et créer des programmes pour être diffusés à la télévision, mais aussi ils doivent présenter des projets ou le contenu de ces programmes devra être proposé sur d'autres plateformes. Cette situation amène tous les professionnels du Canada à revoir leur façon de travailler pour élaborer du contenu qui devra être déployé sur une multitude de plateformes. Pensons à la venue récente du iPad qui permettra à tous les citoyens de gérer leurs relations avec les gouvernements et de se divertir avec des programmes audiovisuels en tous genres ou encore de pouvoir lire leur roman préféré.

De plus, ces changements apportent une nouvelle dimension à la chaine de valeur de l'industrie. Les droits d'auteur doivent être réaménagés, les redevances et les licences pour les producteurs doivent être repensées et en plus tous les intervenants de l'audiovisuel doivent apprendre à travailler ensemble de façon différente spécifiquement dans des projets de transmédia pour créer une industrie forte, innovante et qui occupe une place grandissante à travers le monde.

Dans ce contexte, il nous apparait essentiel de développer et de concevoir des formations qui donneront des outils aux professionnels de l'industrie pour répondre aux exigences gouvernementales. La formation continue constitue le meilleur moyen pour l'industrie audiovisuelle de rester à l'affut des nouveautés technologiques.

Quelle est la meilleure manière de relever ces défis?

Les compétences numériques : des moyens pour créer, innover et exporter

Si nous reprenons la définition du gouvernement canadien dans son document de consultation, on entend par compétences numériques « la capacité de repérer, d'organiser, de comprendre, d'évaluer, de créer et de diffuser de l'information par l'intermédiaire de la technologie numérique ». En accord avec la définition du gouvernement, le RFAVQ doit développer des moyens pour arriver à répondre aux nouvelles réalités de l'industrie de l'audiovisuelle. En effet, si nous voulons répondre à la demande, il faudrait que les gouvernements assouplissent et facilitent le processus d'octroi des subventions. De plus, par l'entremise d'une enveloppe spécifique, le gouvernement pourrait allouer plus de ressources financières dans le but de structurer le secteur de l'audiovisuel en terme de veille stratégique.

Quel est le meilleur moyen de faire en sorte que la main–d'oeuvre actuelle se perfectionne continuellement pour rester concurrentielle dans l'économie numérique?

Afin de faciliter l'adaptation de tous les créateurs aux nouvelles technologies et qu'une reconnaissance de l'industrie audiovisuelle perce à travers le monde, il serait souhaitable d'encourager les intervenants du secteur de l'audiovisuel au perfectionnement professionnel par le biais de programmes non conventionnels tels que des formations en communauté d'apprentissage, l'apprentissage en ligne, etc. En effet, ce qui caractérise cette industrie atypique, c'est le fait que les métiers sont occupés par des travailleurs autonomes avec des horaires de travail non conventionnel. Il faut donc prévoir pour eux du perfectionnement en ligne qui leur permettra de suivre une formation continue au moment qui leur convient le mieux et à l'endroit choisi.

Selon notre étude de besoins, il est indispensable et urgent d'amener l'industrie de l'audiovisuelle à se prendre en main pour que celle–ci s'engage dès maintenant dans l'économie numérique. Notons que dans le cas de l'industrie de la musique, les intervenants travaillent depuis un certain temps à trouver des façons de faire avec les nouvelles technologies afin de tirer profit de ce modèle pour l'économie du Canada.

Pour terminer, voici les recommandations du RFAVQ ressorties de l'étude de besoins de formation 2010–2013 dans un contexte d'économie numérique :

  • La mise en place d'une veille stratégique et technologique de l'industrie de l'audiovisuelle
  • L'organisation d'une communauté d'apprentissage pour faciliter la recherche et le développement et stimuler la créativité et l'innovation
  • Le maintien d'une offre de formation continue renouvelée et adaptée à la réalité de travail des professionnels de l'audiovisuel ainsi que les besoins croisés pour les réalisateurs, les scénaristes et les interprètes

Conclusion

Le RFAVQ est le meilleur exemple de réseau d'apprentissage pour le domaine de la formation de l'audiovisuel au Québec et il est reconnu et apprécié des gouvernements et des entreprises participantes. Depuis quelque temps, le RFAVQ propose des solutions pour répondre aux besoins des entreprises en nouveaux médias et en audiovisuels afin de développer des échanges constructifs entre les professionnels pour bâtir une nouvelle organisation du travail.

Vous pouvez consulter notre site Web pour connaître la programmation 2009–2010 des formations, ainsi que la composition du conseil d'administration du RFAVQ.

Représenté par :
Lucille Demers, directrice générale
Marc Lesage, président du conseil d'administration

Regroupement pour la formation en audiovisuel du Québec (in French only)


RFAVQ — LISTE DES MEMBRES 2009–2010

MEMBRES ACTIFS

AAPQ — Association des agences de publicité du Québec
ANDP — Association nationale des doubleurs professionnels
APFTQ — Association des producteurs de film et télévision du Québec
AQTIS — Association québécoise des techniciens de l'image et du son
ARRQ — Association des réalisateurs et réalisatrices du Québec
CQGCR — Conseil québécois de la guilde canadienne des réalisateurs
GMMQ — Guilde des musiciens et musiciennes du Québec
RPM — Regroupement des producteurs multimédia
SARTEC
SPACQ — Société professionnelle des auteurs et compositeurs du Québec
UDA — Union des artistes

MEMBRES ASSOCIÉS

BCTQ — Bureau du cinéma et de la télévision du Québec
Cinémathèque québécoise
CQAM — Conseil québécois des arts médiatiques
CQM — Conseil québécois de la musique
DOC — Québec Documentaristes du Québec
FCTNM — Femmes du cinéma, de la télévision et des nouveaux médias
Spirafilm
Télé–Québec

Notice

The public consultation period ended on July 13, 2010, at which time this website was closed to additional comments and submissions.

Between May 10 and July 13, more than 2010 Canadian individuals and organizations registered to share their ideas and submissions. You can read their contributions—and the comments from other users—in the Submissions Area and the Idea Forum.

Share this page

To share this page, just select the social network of your choice:

No endorsement of any products or services is expressed or implied.